Le fondement du fondamentalisme : remarques sur la référence radicale à la charia

Le terme de « radicalisation » et son pendant, la « déradicalisation », font partie de ces concepts flottants qui se cristallisent à un moment donné de l’histoire. La radicalisation est aujourd’hui un phénomène dont l’invocation récurrente semble attester d’une existence objective, que ce soit dans l’identification de problèmes de société ou dans l’élaboration des remèdes permettant de l’éradiquer. Mais de quoi parle-t-on au juste ? La tendance est à la polarisation de l’explication du phénomène entre ce qu’on pourrait appeler islamologisme et sociologisme. Le premier extrême prétend expliquer l’agir des musulmans à partir des fondements textuels de la Loi islamique. L’autre extrême répudie le premier et affirme que ce sont seulement les conditions sociales, économiques et politiques des sociétés musulmanes qui permettent de rendre compte de la réalité des musulmans d’aujourd’hui. L’un et l’autre extrême échouent à rendre compte adéquatement du phénomène de la radicalisation, parce qu’ils oublient que celle-ci consiste en une perspective humaine relative à un corpus normatif, autrement dit, en une lecture du corpus de référence faisant de cet objet ontologiquement subjectif (une norme) une réalité épistémiquement objective (la charia). Voici quelques jalons dans l’analyse du concept de radicalisation et de son objet de référence qui devraient permettre de mieux saisir ce dont il est question.

Remarquons tout d’abord que le terme « radicalisation » et ses dérivés sont étrangement utilisés de manière intransitive. Il est question d’un processus (la radicalisation), d’un accomplissement (les personnes radicalisées), d’un mécanisme psychologique (se radicaliser), d’une vision du monde (le radicalisme), mais pas de ce sur quoi tout cela porte. C’est l’objet même de la radicalisation qui a disparu, alors pourtant qu’il fait partie de la grammaire du terme. « Se radicaliser », bien qu’il s’agisse d’un verbe réflexif, porte sur un objet dont on prétend retrouver les racines. La radicalisation ne tourne pas fou autour d’elle-même, elle est toujours la radicalisation de la lecture d’un texte, de ses normes et de ses règles. Dès lors qu’il s’agit de radicalisation islamique, c’est la charia, dont le corpus coranique et la tradition prophétique forment les sources matérielles, qui constitue l’objet de radicalisation. La radicalisation islamique, c’est donc ce processus intrinsèquement social par lequel un individu se saisit de la Loi islamique, en gros et non en détail, dont il revendique la lecture authentique. Ainsi, une lecture radicalisée des versets coraniques relatifs au vin de raisin (khamr ; voir entre autres Coran 2 :219) conduit à parler de prohibition de l’alcool en islam.

Une deuxième remarque porte sur l’objet de cette lecture. Si celle-ci se veut authentique, c’est par rapport à un objet, son corpus de référence. On peut en avoir une conception plus ou moins large. Celle-ci peut englober ou exclure l’accumulation doctrinale (fiqh) et théologique (kalam) ; elle peut comprendre ou non les ouvrages sur la geste prophétique (sigha) ou les circonstances de la révélation (asbab al-nuzul). En revanche, elle ne peut s’affranchir du Livre (mushaf). Quant à sa relation à la Tradition (sunna), elle est complexe, et c’est d’ailleurs ici que ça se joue pour l’essentiel. Le caractère inclusif ou restreint du corpus de référence va largement conditionner sa structure d’intelligibilité. Pour filer notre exemple sur le vin, une lecture se présentant comme authentique fera un choix autoritaire des versets pertinents, écartant celui qui ne proscrit que le fait d’être ivre au moment de la prière (Coran 4 :43) au profit de celui qui le prohibe plus explicitement parce qu’il est « une œuvre du démon » (Coran 5 :91), écartant les interprétations qui ne parlent, sur la base du texte coranique, que d’une prohibition du vin de raisin (khamr, les Hanafites) au profit de celles qui, par le truchement de la Tradition prophétique, assimilent au vin de raisin le vin de palme (nabidh, les Chafiites) et, partant, toutes les boissons alcoolisées.

La troisième remarque concerne les modalités de cette lecture authentique propre à la radicalisation. L’étude de la grammaire du concept révèle que, outre qu’il porte sur un objet, il vise à dépouiller celui-ci de toute accumulation interprétative, autrement dit, de son herméneutique. C’est un retour à la lettre du corpus de référence qui s’impose, indépendamment de tout ce qu’un travail critique pourrait permettre d’en dire. Les éventuelles contradictions du texte coranique ou de la tradition prophétique, leur éventuelle hiérarchisation, entre dispositions générales et dispositions particulières, le processus historique de leur constitution, autant d’éléments dont la pertinence est écartée, avec un avantage immédiat à la clé, celui de la simplicité et de l’économie de l’argument. La charge de la preuve de la pertinence d’un argument incombe toujours à son auteur, pas à celui qui le réfute. Plus l’argument est complexe, et quelle que soit sa valeur de vérité, plus cette charge est lourde. Le littéralisme, lui, n’a pas à proprement parler d’argument, il a la lettre du texte pour lui, et celle-ci s’impose d’elle-même, y compris dans les cas où un texte contradictoire pourrait lui être opposé. On peut ainsi parler de privilège du littéralisme. Dans notre exemple du vin, cela signifie que l’évidence de la prohibition l’emportera sur les subtilités d’une argumentation qui pourrait conduire à son autorisation. On peut citer ici les vers du poète Abou Nawwas qui, jouant sur les interprétations hanafite et chafiite mentionnées plus haut, conclut, logiquement sinon de manière orthodoxe, à la licéité de la consommation d’alcool :

L’Irakien [les Hanafites] a autorisé le vin de date et sa consommation
N’interdisant que les banquets et l’ivresse à profusion
Celui du Hijaz [les Chafiites] a dit que les deux [vin de date et vin de raisin] n’en forment qu’un
De par leur désaccord, nous sommes en droit de boire du vin [aussi bien de date que de raisin]

Une quatrième remarque concerne les normes de référence que produit la lecture littéraliste propre à la radicalisation. Pour qu’un énoncé puisse accéder au statut de règle, il faut qu’en quelque sorte, il puisse être détaché de sa raison d’être, il faut qu’il s’autonomise par rapport à sa justification. Si la règle la plus juste est sans doute celle qui s’accorde en permanence avec sa raison d’être, la règle la plus forte est celle qui est capable de s’imposer en toutes circonstances et donc aussi quand elle contredit de manière flagrante le ratio legis qui la sous-tendait initialement. Une règle est une règle parce que l’instance en charge du contrôle de son application n’a pas à se poser systématiquement la question de sa légitimité. Une règle est une règle d’autorité quand cette même instance peut affirmer que la règle s’impose du simple fait de son existence, sans égard pour les circonstances de celle-ci. La lecture littéraliste que produit le radicalisme produit précisément des normes qui s’imposent parce qu’« elles sont là » et qu’il n’est nul besoin d’en chercher la raison d’être, qui ressort de l’incommensurabilité divine. Peu importe, dans notre exemple du vin, le caractère progressif de la réprobation qui l’entoure, peu importe aussi les raisons qui sous-tendent cette réprobation, l’interdit est total et sans nuance, détaché de son fondement. Ainsi, la perte de conscience, qui peut être tenue pour le ratio de la condamnation du vin, ne sera pas considérée comme une raison de proscrire la consommation de psychotropes.

Une cinquième remarque mérite d’être formulée, inspirée comme la précédente de la philosophie du droit. Celle-ci distingue les règles primaires et secondaires. Les premières sont des règles substantielles, qui portent sur un contenu, offrent une taxinomie des obligations et prohibitions, recouvrent toutes les dispositions morales, religieuses, juridiques et autres que comprend, explicitement ou implicitement, un système normatif. Les règles secondaires sont, pour leur part, les règles constitutives du système, les règles fondant l’existence même de celui-ci, les règles sans lesquelles le système n’existerait pas en tant que tel, les règles fondatrices de son identité. Les normes produites par la lecture littéraliste du radicalisme sont pour l’essentiel des règles secondaires qui fondent un système symbolique de référence plus qu’elles n’organisent le détail de la vie juridique. Ces règles ne sont pas nécessairement nombreuses, elles n’ont pas besoin d’être systématiquement appliquées, mais elles sont toujours mobilisées et mises en avant dans les temps de contestation d’un ordre ancien ou d’installation d’un ordre nouveau. Ainsi en va-t-il des déclarations de restauration de la charia ou des destructions de lieux de mémoire antéislamiques. Ainsi en va-t-il de la condamnation des personnes surprises à boire de l’alcool, mais pas nécessairement en état d’ivresse, à des peines exemplaires de flagellation.

Des cinq remarques précédentes, il en résulte une sixième : ce n’est pas tant le contenu de la norme de référence qui compte que la perspective qu’on en a. L’idéalisme constitutif du système normatif fondamentaliste est une perspective sur les normes de référence qui permet de fonder un monde démarqué, dont l’objet de démarcation importe moins que la fracture symbolique qu’il établit de manière absolue. C’est donc la production d’une nouvelle épistémè à partir de laquelle un monde différent doit prendre forme, un monde habité par une espèce humaine distincte du reste, celle des « musulmans authentiques », dont le principe n’est pas la commune humanité mais l’appartenance à l’« islam vrai », à l’exclusion de tous les autres. Il n’est que de voir comme l’opprobre qui s’attache à ceux qui sont surpris à boire de l’alcool en public conduit à s’abstenir du comportement réprouvé pour se convaincre du poids de cette solidarité négative qui contraint à choisir l’appartenance à la communauté pour ne pas risquer d’en être exclu.

Transitivité du processus, privilège littéraliste, structure d’intelligibilité du corpus sacré, retranchement des règles, idéalisme constitutif et démarcation sont parmi les pierres angulaires de la lecture fondamentaliste et radicale des normes de la charia. Sans cette clarification conceptuelle, il est à craindre que la confusion perdure et, avec elle, l’absurdité des entreprises prétendant, comme en miroir de la posture fondamentaliste, à corriger les conceptions « déviantes » ou « erronées » de l’islam ou à « déradicaliser les radicalisés ».